Valorisation de la lecture

En réponse à la volonté des partenaires lavallois de travailler ensemble la valorisation de lecture en tandem avec le déploiement de la mesure en lecture provenant d’un mandat ministériel, le Regroupement lavallois pour la réussite éducative (RLPRÉ) a lancé un chantier régional sur la valorisation de la lecture.

Vous trouverez ci-dessous les résumés des deux rencontres qui ont eu lieu à ce jour, ainsi que d’autres documents pertinents.

Rencontre du 3 octobre 2017

Soutenir la motivation à lire chez les parents et les jeunes  présentation du 3 octobre 2017

Résumé du chantier sur la lecture du 3 octobre 2017

Recueil des initiatives en lecture – dernière mise à jour mai 2018

Rencontre du 30 avril 2018

Présentation du 30 avril 2018

Résumé du chantier sur la lecture du 30 avril 2018

Plan d’action régional pour la valorisation de la lecture

Les acteurs du milieu peuvent contribuer de manière importante à développer le goût de la lecture chez les enfants, de même que pour stimuler et maintenir un intérêt pour la lecture chez les jeunes de 10 à 20 ans. De plus, certains partenaires se dédient à développer et enrichir les habiletés en lecture des parents afin qu’ils puissent à leur tour, jouer un rôle dans le développement du plaisir de lire chez les jeunes.

Pourquoi la lecture?

La lecture et l’écriture sont nécessaires à l’apprentissage de toutes les matières, y compris les mathématiques. Le fait d’éprouver des difficultés en lecture et en écriture n’est pas sans conséquence sur le rendement du jeune dans toutes les matières ainsi que sur la poursuite de ses études. Il est donc fortement recommandé d’exposer les enfants à la lecture très tôt afin qu’ils puissent en ressentir les effets tout au long de leur développement cognitif, puis, à l’école, tout au long de leurs études. Par ailleurs, les recherches démontrent qu’en plus d’amuser les enfants, raconter ou lire des histoires leur permet d’enrichir leur vocabulaire, développer leur capacité d’écoute attentive et de compréhension en plus de susciter leur goût d’apprendre à communiquer.

La période clé pour l’apprentissage de la lecture se situe entre quatre et sept ans. Les enfants qui apprennent à lire au cours des premières années du primaire sont ensuite disposés à lire pour apprendre et à lire pour le simple plaisir. Par contre, les enfants qui éprouvent des difficultés en lecture jusqu’en 3e  année sont plus à risque de prendre du retard dans d’autres matières. Ces retards dans leurs habiletés de lecture peuvent affecter leur estime de soi puis, à l’adolescence, augmenter leur propension à décrocher. En effet, les statistiques montrent que le taux de décrochage des élèves faibles lecteurs est nettement supérieur à la moyenne. Les difficultés en lecture de certains enfants sont un constat d’échec davantage pour le système éducatif que pour eux-mêmes. Un tel constat est toutefois loin d’être inévitable ou irréversible, même pour les élèves aux prises avec les pires difficultés. Il faut donc redoubler d’efforts et user de stratégies pour améliorer les compétences en lecture des jeunes, dès qu’on constate un retard en ce sens.