Prévention du décrochage : chaque geste compte

Un sondage Léger, commandé par le Réseau des Instances régionales de concertation (IRC) sur la persévérance scolaire et la réussite éducative au Québec avec le soutien financier de la Fondation Desjardins, démontre que les conditions qui mènent au décrochage peuvent se créer très tôt dans la vie d’un jeune et qu’une multitude de gestes, posés dès la petite enfance jusqu’à l’âge adulte, peuvent faire une réelle différence dans la réussite éducative.

Réalisé auprès de 1 009 Québécois et Québécoises de 18 à 34 ans ayant connu une expérience problématique en lien avec la persévérance scolaire (personnes ayant décroché, ayant pensé à décrocher ou ayant raccroché), le sondage indique non seulement que près du tiers des jeunes vulnérables au décrochage (29 %) ont commencé à y penser relativement tôt, soit avant l’âge de 14 ans, mais également que l’échec scolaire est rarement le seul facteur en cause; seuls 13 % rapportent qu’ils avaient de « mauvaises » ou de « très mauvaises » notes. Le sondage pointe plutôt vers une combinaison de facteurs qui touchent aussi à la question plus globale de l’intérêt envers l’école, au goût de la lecture, à l’intimidation, à la présence d’un trouble d’apprentissage, à la consommation d’alcool ou de drogues, etc.

Pour Johanne Mc Millan, coordonnatrice du Regroupement lavallois pour la réussite éducative — l’IRC de la région de Laval — un résultat est particulièrement réjouissant : «Parmi l’ensemble des gestes qui ont fait une différence pour les jeunes interrogés qui ont pensé à décrocher mais ne l’ont pas fait, ce sont les encouragements qui arrivent en tête de liste. Cela confirme que le soutien et les encouragements de l’entourage peuvent avoir un impact bien réel sur la prévention du décrochage », a-t-elle commenté.

Un autre élément intéressant à souligner selon Madame Mc Millan, provient des raccrocheurs qui indiquent que leur expérience de travail a provoqué la décision de retourner à l’école.

 « Les personnes qui se sont exprimées dans ce sondage ont un message très clair : chaque parcours est unique et chaque geste compte pour la persévérance scolaire. Nous avons tous un rôle à jouer pour encourager et soutenir les jeunes, du début de leur vie jusqu’à l’âge adulte» a ajouté madame Mc Millan.

Quelques faits saillants du sondage

·         29 % des jeunes plus vulnérables au décrochage indiquent avoir commencé à y penser dès l’âge de 13 ou 14 ans, voire plus jeune.

·         47 % mentionnent qu’ils avaient des notes « passables » et 41 %, de « bonnes » ou « très bonnes » notes ; seuls 13 % rapportent avoir été en situation d’échec scolaire.

·         25 % affirment qu’ils lisaient régulièrement dans leurs temps libres.

·         75 % disent qu’ils s’ennuyaient à l’école.

·         66 % indiquent que leurs parents faisaient un suivi régulier de leur situation à l’école et 93 % mentionnent que leurs parents valorisaient l’école.

·         32 % des « persévérants » (ceux qui ont pensé à décrocher, mais qui ne l’ont pas fait) disent que les encouragements qu’ils ont reçus ont fait la différence dans leur décision de rester à l’école.

·         34 % des raccrocheurs disent qu’une expérience de travail a fait la différence dans leur décision de retourner à l’école.

·         69 % estiment que la société québécoise devrait en faire plus pour soutenir la persévérance scolaire chez les jeunes.

·         82 % affirment qu’il s’agit d’une responsabilité collective qui concerne autant les

·         les services éducatifs à la petite enfance, les groupes communautaires, le réseau de la santé, les employeurs et les médias.

Le sondage est dévoilé à l’occasion des Journées de la persévérance scolaire 2018, une initiative du Réseau des IRC avec le soutien du Gouvernement du Québec et de la Fondation Lucie et André Chagnon, et à la contribution d’Avenir d’enfants.

Les Journées de la persévérance scolaire 2018 à Laval sont coordonnées par le Regroupement lavallois pour la réussite éducative et mobilisent 175 milieux issus d’une grande diversité de secteurs d’activité : scolaire, communautaire, des affaires, sportif, de la petite enfance, municipal, de la santé ou de l’employabilité. Elles rejoignent 60 000 jeunes et adultes en formation.

Consulter les faits saillants du sondage Léger : [FAITS SAILLANTS]
Consulter le rapport complet du sondage Léger : [RAPPORT COMPLET]
Consulter un aperçu visuel des résultats du sondage Léger : [APERÇU]

[ENGLISH] Consult the highlights of the Léger survey : [HIGHLIGHTS]
[ENGLISH] Consult an overview of the Léger survey’s results : [OVERVIEW]

Pour en savoir plus sur le lancement des Journées de la persévérance scolaire à Laval, cliquez ici.

 

© 2019 Tous droits réservés -
Regroupement lavallois pour la réussite éducative